Il existe différents types de technologies à voir la nuit. La méthode la plus classique est l’utilisation de TORCHES ET LUMINAIRES de lumière visible, parfois combinés avec des optiques telles que les BINOCLES ULTRA-LUMINEUSES. Si vous ne voulez pas déranger la faune, vous pouvez utiliser des systèmes plus technologiques tels que les systèmes de vision nocturne à intensification de lumière, à infrarouge actif ou à infrarouge passif (thermo-imagerie).

Aujourd’hui, les torches et les lumières sont devenues de plus en plus puissantes, efficaces et légères, grâce à la technologie LED. Il est possible d’acheter de petites torches qui tiennent dans la paume de la main et qui s’allument sans problème même à plus de 100 mètres, mais en utilisant des torches plus puissantes, vous pouvez également éclairer à plus d’un demi-kilomètre, si l’air est propre (sans humidité). Éclairer la faune avec des torches visibles peut provoquer des perturbations mais cela ne se produit que sur de courtes distances : par exemple, éclairer un troupeau de cerfs à une distance de 100 mètres ne produit pas d’effets négatifs, les animaux tout au plus lèvent la tête parce qu’ils remarquent la lumière mais reprennent rapidement leurs activités. Dans ces cas, l’utilisation d’une torche particulièrement puissante et de bonnes jumelles permet d’observer la faune au milieu de la nuit sans faire fuir les animaux.

Les systèmes de vision nocturne ont l’avantage de ne jamais effrayer les animaux, comme la lumière visible, même à courte distance. Les intensificateurs de lumière amplifient le peu de lumière ambiante pour que vous puissiez voir même dans de très mauvaises conditions de luminosité ; ces systèmes fonctionnent toujours en combinaison avec l’infrarouge actif, c’est-à-dire que leurs capteurs sont sensibles au rayonnement infrarouge proche qui peut être d’origine environnementale (s’il y a encore de la lumière, par exemple au crépuscule) ou artificielle (c’est-à-dire en utilisant des illuminateurs infrarouges). Le rayonnement infrarouge n’est normalement pas perçu par les yeux humains et les animaux, de sorte que vous pouvez éclairer une zone entière sans effrayer les animaux ; les équipements qui “”voient”” dans l’infrarouge renvoient cependant une image monochromatique (tons de gris ou de vert ou de rouge en général) et non en couleur ; Concernant la “”visibilité”” de l’infrarouge, il faut préciser qu’il existe deux grands types d’illuminateurs infrarouges, le classique, qui fonctionne sur la bande 850 nm et l'””invisible”” qui fonctionne sur la bande 940 nm. La différence réside dans le fait que l’infrarouge classique produit une lumière infrarouge non visible mais si vous regardez l’illuminateur, vous pouvez voir les LED rouges, sans voir toute la lumière qu’ils produisent, tandis que les illuminateurs à infrarouge “”invisible”” à 940 nm produisent une lumière infrarouge moins puissante mais même en regardant les illuminateurs, on ne voit rien du tout (c’est pourquoi on l’appelle aussi “”noir””) ; Cette différence entre les deux types d’éclairage est particulièrement utile pour les pièges à photos qui fonctionnent à courte distance et les animaux lorsque l’éclairage infrarouge du piège à photos est allumé s’il est de type visible peut être effrayé ; en ce qui concerne les spectateurs de nuit, il n’est pas si important d’utiliser l’infrarouge invisible car on opère toujours à une grande distance des animaux.

Un autre type d’infrarouge est passif, c’est-à-dire thermique : ce type de rayonnement infrarouge est lié à la température des objets et des êtres vivants et peut être détecté (et transformé en image) par des caméras spéciales appelées THERMOCAMERE. L’image produite par les caméras thermiques est complètement artificielle, en fait elle est totalement reconstruite par le capteur thermique et par les puces de la caméra thermique ; généralement la couleur blanche est utilisée pour les points à température plus élevée et la couleur noire pour les points à température plus basse, avec une série de couleurs intermédiaires en échelle de gris pour les températures intermédiaires ; il est possible depuis le menu de la caméra thermique d’inverser ces couleurs, ainsi le noir indiquera les points les plus chauds et le blanc les plus froids ou vous pouvez utiliser la LUT pour les fausses couleurs par exemple avec le jaune pour les températures plus chaudes et le bleu pour les températures plus froides. L’avantage des caméras thermiques est double : tout d’abord, elles n’ont pas besoin de lumière ambiante ou artificielle (par exemple infrarouge) pour pouvoir voir la nuit, mais surtout une caméra thermique “”met en évidence”” tous les animaux à sang chaud de l’environnement de manière claire et visible et peut vous permettre de “”trouver”” des animaux cachés dans la végétation même en plein jour. Le coût des caméras thermiques est encore très élevé, mais les modèles les plus adaptés à l’observation de la faune à distance ont des prix allant de 2-3 mille euros à 6-7 mille euros, voire plus pour les caméras thermiques plus performantes.

Même s’il ne s’agit pas de véritables caméras de vision nocturne, il existe également des caméras sur le marché avec la possibilité d’insérer une vision infrarouge lorsque cela est nécessaire (grâce à un système mécanique qui déplace le filtre IR-Cut généralement présent dans tous les capteurs photographiques et vidéo) ; Sony a toujours produit des modèles de caméscopes avec cette possibilité (la fonction infrarouge dans les modèles Sony est appelée “”NightShot””) et ils font partie de mes caméras préférées ; en bas de cette page, vous trouverez deux modèles de caméras Sony que j’utilise avec grande satisfaction (FDR AX33 et AX53), ils ont des capteurs 1 pouce très lumineux et la possibilité de filmer en 4k à 30 ips même en infrarouge, avec un zoom intégré qui peut atteindre 500 mm dans le modèle AX53. Les caméras équipées de fonctions infrarouges disposent déjà d’un petit illuminateur IR intégré qui produit une lumière très limitée, n’éclairant toutefois que sur quelques mètres. Si vous souhaitez utiliser ces caméras pour observer/filmer la vie nocturne, vous avez besoin de torches, de panneaux ou de phares supplémentaires qui peuvent permettre, selon leur puissance, d’éclairer même à une centaine de mètres de distance.

Dans certains cas particuliers, j’utilise également des caméras de surveillance miniatures équipées d’infrarouges pour la vision nocturne ; ce type d’équipement est particulièrement utile lorsque vous souhaitez surveiller une situation à distance mais qu’il n’est pas possible de l’observer directement avec une caméra infrarouge normale ou un viseur nocturne (par exemple à l’intérieur d’une forêt dense ou d’un nid) ; dans cette situation, les caméras de surveillance miniatures sont d’excellents outils, peu coûteux et facilement modifiables pour être alimentés par des piles au plomb de 12V. Bien sûr, pour utiliser ces mini-caméras, il faut aussi un moniteur portable sur lequel on peut recevoir des images. Un exemple d’utilisation est la photographie à l’intérieur de nids artificiels pour les oiseaux de proie nocturnes : vous placez la caméra miniature infrarouge, l’appareil photo reflex et le flash dans le nid artificiel, vous vous placez à une distance sûre du nid et bien caché avec le moniteur sur lequel vous pouvez voir en direct tout ce qui se passe à l’intérieur du nid pendant la nuit et au moment que vous pensez opportun, par exemple l’arrivée d’un parent avec l’imbécile, vous filmez en utilisant une télécommande sans fil.